Itinéraires joailliers

07 mars 2018

Le musée de la joaillerie, à Vicenza

On croit qu’il existe pléthore de musées comme celui-ci, entièrement consacrés à la joaillerie. Il n’en est rien… Rencontre avec sa fondatrice et directrice Alba Cappellieri.

Par Sandrine Merle.

 

 

Ouvert en 2014, ce musée de la joaillerie est l’un des rares dans le monde à être consacré au bijou avec celui de Séoul, de Pforzheim et de Munich. Les autres sont généralement des galeries situées dans des musées dédiés aux arts décoratifs. « Il était légitime qu’il soit à Vicenza, précise Alba Cappellieri ancienne architecte aujourd’hui professeur de design du bijou à la faculté de Design du Politecnico (Milan). C’est le centre historique de la joaillerie italienne, là où se concentrent les fabricants notamment les spécialistes de la chaîne. »

 

L’absence de collection permanente

« Je n’avais pas les moyens colossaux nécessaires à la constitution d’une collection permanente de qualité », explique Alba Cappellieri. Pour contourner cette difficulté, elle a l’idée formidable de réaliser des expositions, tous les deux ans, uniquement à partir de prêts. Les bijoux viennent du monde entier, du Musée des Arts Décoratifs de Paris, de collections de marchands comme celle de l’Anglais Faerber, de collections privées, etc. « Ce mode de fonctionnement permet de créer la surprise : les visiteurs peuvent venir et revenir, ils ne trouveront jamais la même sélection. Finalement Le Louvre Abu Dhabi est basé sur la même idée, non ? », s’amuse-t-elle.

 

9 salles, 9 curators

Alba Cappellieri a choisi une approche inédite : le musée est organisé en neuf salles thématiques consacrées à la Beauté, au Design, à la Fonction, au Futur, à la Mode, à la Magie, à l’Art, au Design et aux Icônes. Chacune a un curator qui change à chaque exposition, tous les deux ans : jusqu’à fin 2018, on y rencontre Glenn Adamson le directeur du MAD à New York, l’anthropologue Cristina Del Mare, le designer Odo Fioraventi ou encore le président de Van Cleef & Arpels, Nicolas Bos. La prochaine session accueillera entre autres, Pascale Lepeu conservatrice de la collection Cartier et la galerie Marzee, spécialisée en bijou contemporain.

 

Une visite exceptionnelle

Le résultat s’avère inattendu, vivant, excitant et d’une richesse folle. Les 400 pièces sont des bijoux ancien et contemporains, sertis de diamants ou en tissu. Ils sont anonymes ou signés René Lalique, Gijs Bakker ou encore Alexandre Calder. Le pectoral de madone du sanctuaire Monteberico côtoie la couronne contemporaine de David Bielander en or mimant du carton. Les épingles de châle auvergnates rencontrent la broche Van Cleef & Arpels des années 30. Dans la salle consacrée à la mode, la silhouette de l’excentrique styliste de mode Anna Piaggi veille, parée d’un collier Dolce & Gabbana à breloques en plastique coloré.

 

Pour Alba Cappellieri, « le rôle d’un musée est de distraire, d’éduquer mais aussi de susciter la curiosité et de faire apparaître de nouvelles perspectives. » Mission réussie.

 

 

Articles les plus lus

Marc Deloche à L'École des Arts Joailliers

« Ce qui m’a sans doute le plus interpellé dans ce tour du monde : la mise en lumière de la préciosité selon les cultures. Chacun décide de ce qui...

Mon itinéraire joaillier aux Puces de Paris Saint-Ouen

Les vitrines joyeuses et indisciplinées du marché aux Puces de Paris Saint Ouen sont remplies de sautoirs, créoles, solitaires, charm’s, camées liés...

Marie Thevenon à L’École des Arts Joailliers

« Léonard Pouy et Isabelle Delahaye, historien d’art et gemmologue, m’ont emmenée dans un voyage en 3D dans l’histoire, le temps et l’espace !...

En Auvergne, la maison de l’Améthyste

Depuis 1975, l’exploitation d’améthyste a cessé en Auvergne mais, il existe encore des filons. J’ai pu en voir un lors d’une ballade à travers champs...

6 raisons d'aller au musée Benaki, à Athènes

A Athènes, ne manquez pas le musée Benaki, gigantesque cabinet de curiosités avec un panorama unique du bijou grec allant de l’Antiquité au 20e...

Les trésors de Stockholm

On n’associe guère la Suède au bijou, le protestantisme luthérien étant source de retenue et de sobriété. Néanmoins, Stockholm recèle des trésors...