Mon agenda

24 novembre 2020

Si le Père Noël était un chic type…

Si le Père Noël était un chic type, voilà ce qu’il m’offrirait !

Par Sandrine Merle.

 

 

Un diamant rose d’Argyle

Encore faut-il en trouver un car ces diamants de couleur Vivid Pink tirant jusqu’au rouge sont parmi les plus beaux et les plus rares, la mine d’Argyle (en Australie) n’en produisant qu’une cinquantaine par an. On parle d’une hausse des prix sur les 18 dernières années de 500 % ! Et la tendance ne va pas s’inverser car le 3 novembre dernier, la mine exploitée par Rio Tinto vient de fermer définitivement après 37 ans d’exploitation. Une page de l’industrie diamantaire, en pleine mutation, se tourne.

 

« La femme au miroir» de Van Dongen

Parce que les bijoux y tiennent une place importante : la femme en train de positionner un bijou dans ses cheveux porte un collier de perles, une boucle d’oreille retombant sur son visage. Son avant-bras est, lui, lié par une longue chaîne à son mollet. Le Hollandais Van Dongen a énormément représenté les bijoux, il en était passionné : pendant sa « période cocktail » dans le Paris des années 20, ses femmes de la haute société, les actrices et les mannequins apparaissent parées de bracelets, de sautoirs, etc. Estimé €1-1,5 million, vente le 8 décembre 2020.

 

Un voyage 100% bijou au Pérou…

Parce que cet itinéraire joaillier est conçu par une grande connaisseuse du pays, Carole Fraresso, archéologue, experte en art précolombien, commissaire d’exposition. Pendant deux semaines, elle fait découvrir en très petit comité la tradition millénaire de l’orfèvrerie péruvienne. Au programme : musées, ateliers d’artisans de Cusco, tombes royales remplies de pectoraux, coiffes, ornements de nez en or, etc. Privilège immense, elle propose des visites privées avec artisans, anthropologues et conservateurs. Un voyage de rêve qui s’achève sur l’une des plus belles plages du pays. À partir de $12 500. Plus d’information dans le shop de TFJP.

 

Le bracelet « Tutti Frutti » de Cartier chez Bonhams à Hong Kong

Parce que l’émeraude gravée de plus de 93 carats est sublime. Parce que ce mélange d’émeraudes, de diamants, de saphirs et de rubis, inventé par la maison Cartier au début du XXe siècle, fait partie du patrimoine joaillier français. Il est l’un des designs les plus reconnaissables et les plus bankables, probablement un très bon investissement à long terme. Rarissimes, les bracelets « Tutti Frutti » de cette taille atteignent des prix stratosphériques comme celui estimé 600 000-800 000 dollars et adjugé online $1,34 million ! (Avril 2020 chez Sotheby’s). Celui-ci est estimé HK$ 1 950 000 – 2 800 000 / € 210 000 – 300 000.

Bon Noël !

 

Articles relatifs à ce sujet :

Voyage joaillier au Pérou

« De la beauté des défauts, les diamants de couleur »

 

Articles les plus lus

Découvrir le rubis à L'École des Arts Joailliers avec Marie-Anne Bruschi

L’approche du cours est très intéressante car elle va bien au-delà : elle est transversale. J’y ai retrouvé beaucoup de mes centres d’intérêt :...

Enfin un livre sur Aldo Cipullo!

L’étroite collaboration avec Cartier est au centre de la vie d’Aldo Cipullo, dans tous les sens du terme : elle commence dix ans après son arrivée à...

"Découvrir le monde des pierres", un cours pour vos ados à L'École des Arts Joailliers

Les cours proposés par L’École des Arts Joailliers s’adressaient également à un jeune public entre 5 et 18 ans. J’ai assisté à celui intitulé...

Vente Aguttes, éloge des bijoux non signés

Dans un bijou, la signature ne fait pas tout ! J’aime particulièrement ceux qui ne sont pas signés comme cette petite dizaine sélectionnée dans la...

À lire, "Jean Dunand" aux Éditions Norma

Dans ce livre « Jean Dunand » des Éditions Norma, Félix et Amélie Marcilhac proposent une première : un répertoire d’une cinquantaine de bijoux.

"Le dessin sans réserve" au MAD

Cette exposition présente pour la première fois le fond de dessins du MAD, l’un des plus riches au monde avec plus de 200 000 feuilles du XVe au XXIe...