Style

13 novembre 2015

Le style AlmaKarina

En exclusivité pour the french jewelry post, Tom Claisse et Karina Rikun (AlmaKarina) ont shooté des pièces de haute joaillerie ; ces images illustrent parfaitement leur vocabulaire photographique.

Qui se cache derrière AlmaKarina ?

Nous sommes des autodidactes. La joaillerie est venue naturellement parce les photos ne lui rendaient pas toujours justice… Parfois trop confuses, souvent trop sombres. On réfléchit à deux.

Karina. Je conçois des moodboards, dessine des croquis et fais si nécessaire, la sélection des pièces.

Tom. Je fais la lumière et détermine les angles. De façon générale, nous nous sentons plus à l’aise dans la conception des natures mortes car elle nécessite l’intervention de moins de personnes.

Comment définissez-vous votre travail ?

Les images réalisées spécialement pour the french jewelry post reflètent parfaitement notre style. La perspective suscite une illusion, un flottement surréaliste. Extrêmement pures, les images dégagent en même temps une certaine poésie qui tient à la lumière et au fond noir. Au fur et à mesure, ce dernier est devenu notre marque de fabrique. Il n’y a pas mieux pour magnifier les couleurs et les textures naturelles.

Que vous interdisez-vous ?

Le flash qui écrase la beauté naturelle des pierres et le montage, en totale contradiction avec notre style naturaliste. Dans ce cas-là, les photos existantes des pièces détourées suffisent !

Qui sont aujourd’hui vos principaux clients ?

En presse, les éditions asiatiques de L’Officiel, Haute Living et Haute Time. Nous travaillons beaucoup avec des créateurs indépendants comme Daniela Villegas installée à Los Angeles ou la maison Al Fardan, à Doha. Et nous avons des projets avec des joailliers français pour 2016.

Avez-vous des sources d’inspiration particulières ?

Ces images sont inspirées par d’anciennes illustrations botaniques, et plus particulièrement celles de The Temple of Flora de Robert John Thornton. Monumentales et baignées d’une lumière magique, elles sont des chefs-d’œuvre majeurs réalisés par les plus grands artistes de la fin du XVIIIe siècle. Les compositions des peintres hollandais exposés au Louvre nous ont beaucoup guidés pour trouver des équilibres et des harmonies, tout comme celles de la Renaissance. Autre source d’inspiration : les natures mortes années 50. Parmi nos thèmes de prédilection figurent la faune caractérisée par la richesse des pelages et des plumages, ainsi que les fleurs…

Les fleurs occupent même une place centrale dans votre travail…

Tulipe, mimosa, rose, lys… Quelle que soit la variété, les fleurs reviennent comme un leitmotiv. Sur les images publiées par the french jewelry post, les pièces de haute joaillerie sont mêlées et entrelacées à la tige, aux feuilles et aux pétales veloutés. Au point qu’elles en deviennent les prolongements. Les fleurs se marient à merveille avec les pierres précieuses et les métaux, sans que l’on sache vraiment pourquoi, peut être parce qu’elles sont, elles aussi, des miracles de la nature.

Articles les plus lus

L’or passe à table !

TFJP avec le Comité Colbert explorent l’utilisation de l’or dans les métiers du luxe français. Premier volet : la pâtisserie.

3 raisons de s’offrir la « 222 » de Vacheron Constantin

Si je devais m’offrir une montre présentée au salon Watches & Wonders 2022, ça serait la réédition de la « 222 » créée en 1977, pour à...

Watches & Wonders 2022, les complications pour tous

À Watches & Wonders, la haute horlogerie a proposé des designs plus contemporains et des twists créatifs parfois teintés d’humour et de poésie. De...

Les pièces marquantes de la Jewelry Week - Paris, Janvier 2022

Cartier, Boucheron, Louis Vuitton… Pendant la semaine de la couture, les maisons ont présenté leur collection de haute joaillerie. Voici les masterpieces,...

Rouvenat, une mystérieuse disparition…

Pendant le Second Empire, Léon Rouvenat fut un fleuron de la joaillerie française. Et malgré son talent, il a sombré dans l’oubli.

« Cartier et les Arts de l’Islam », dans les pas de Louis Cartier…

En 1900, Louis a 25 ans : représentant de la 3e génération, il vient d’entrer dans la maison familiale récemment installée rue de la Paix…