Style

31 octobre 2022

TFJP x Comité Colbert, l’or dans les arts de la table

TFJP et le Comité Colbert explorent l’or dans les arts de la table. Un or qui fait bon ménage avec la porcelaine blanche, le cristal et l’argent.

Par Sandrine Merle.

 

 

Dans les arts de la table, un des fleurons du patrimoine français, le combo parfait c’est or + porcelaine blanche. Fine et translucide, le blanc a le luisant d’une pierre précieuse : il s’accorde à merveille avec la couleur jaune doré. À minima, il s’agit d’un simple filet réalisé par des artisans capables, comme au XVIIIe siècle, de parfaitement le tracer à main levée ! Plus théâtral, l’or se déploie en all over, c’est-à-dire sur toute la surface, grâce à la chromolithographie, sorte de décalcomanie.

 

Or et magnificence

Élysée, Venise, Versailles Enchanté, Matignon, Byzance… : chez Robert Haviland & C. Parlon ou encore chez Bernardaud qui n’utilise pas moins de 500 kilos d’or par an, les services en porcelaine portent des noms hautement évocateurs. Avec leurs enchevêtrements de motifs égyptiens, d’arabesques, d’anges, de rinceaux, de fleurs et de frises en or déployés en all over, ils rappellent le faste des tables aristocratiques. D’ailleurs, ces deux maisons référentes en la matière ont réalisé de nombreuses commandes pour Louis Philippe, Marie-Antoinette, le Maharadjah de Boroda, le Shah d’Iran ou encore le Sultan du Brunaï. Adeptes du minimalisme, passez votre chemin !

 

Qui dit or, dit Manufacture de Sèvres

La France s’est distinguée très tôt dans ce registre avec la manufacture de Sèvres qui a, sur octroi du roi Louis XV, obtenu le monopole de la décoration à l’or véritable en 1745. Trois ans plus tard, elle perfectionne son travail en achetant, au frère Hippolyte Le Faure, les secrets de la préparation, de la pose et de la manière de le brunir. En effet à la sortie du four, où l’or cuit à 800-850 degrés, il prend une couleur brunâtre. Afin de lui donner son éclat incomparable, il faut le polir à la pierre d’agate. Cette technique (également utilisée pour les chaises, les commodes, les boiseries), permet de créer de subtils effets de matières, mat ou brillant, sablé, etc.

 

Or, verres et couverts

À table, qui se ressemble s’assemble : les deux matériaux de prédilection de l’or sont le cristal et l’argent qui, comme lui, reflètent merveilleusement la lumière. Côté cristal, le nec plus ultra sont les verres de Saint-Louis et de Baccarat. Côté argent, ce sont les couteaux, les fourchettes et les cuillères d’Ercuis et de Christofle. Tous sont délicatement gravés à la main puis incrustés de rehauts d’or en forme de végétaux. Chez Puiforcat, on préfère le minimalisme de l’or tapissant l’intérieur d’une timbale à cognac, toute en rondeur, ou le pied d’une coupe. Les nuances ambrées, cuivrées, rosées des breuvages qui danse, se reflète dans le jaune doré. Toutes ces pièces s’apparentent à de véritables bijoux de table.

 

Vaisselle des grands jours, vaisselle de tous les jours

Majestueuse, théâtrale, vivante. Toute mise en scène à base d’or reste un incontournable pour Noël ou la Saint-Sylvestre. Mais aujourd’hui, l’or n’est plus réservé aux décors de fête et aux grands-messes familiales : à l’heure où l’on partage ses repas sur Instagram, on sort volontiers ces assiettes et ces verres au quotidien. D’autant que, bonne nouvelle, l’or de certains services, comme ceux de Bernardaud, passe dorénavant au lave-vaisselle !

 

*Le Comité Colbert est une association loi 1901 qui réunit plus de 100 membres représentant le luxe français. Sa mission est de « promouvoir passionnément, transmettre patiemment, développer durablement les savoir-faire et la création française pour insuffler du rêve ».

 

Image en bannière : « Versailles Enchanté – Bernardaud

 

Articles relatifs à ce sujet :

TFJP x Comité Colbert, l’or dans la couture

TFJP x Comité Colbert, l’or en décoration

TFJP x Comité Colbert, l’or passe à table

TFJP x Comité Colbert, savoir-faire et métiers de l’or en joaillerie

Articles les plus lus

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...

Anna Hu, la technicité d’une haute joaillerie Made in France

Les bijoux de la créatrice Anna Hu sont aussi beaux que spectaculaires. Ils sont aussi très techniques… Pour elle, les faire fabriquer à Paris s’est...

René Boivin et Suzanne Belperron, les inséparables

Les gardiens du temple de René Boivin et Suzanne Belperron incarnent aujourd’hui le rapprochement de ces deux maisons qui, l’une sans l’autre, ne...

Défilés Spring/Summer 24, obsession bijou

Le bijou couture fait son grand retour. Passage en revue des spécimens les plus surprenants des défilés Printemps/Été 2024.

Simone Rocha, une perle rare

Simone Rocha maîtrise la brillance du cristal et de la perle à la perfection car elle sait les doser en fonction de leur indice de réfraction, à savoir...