Style

17 juillet 2023

Ce qu’il faut retenir de la Jewelry Week – Paris, Juillet 2023

Jewelry Week – Paris, Juillet 2023. J’ai vu (sans exagérer) quelques milliers de bijoux. À défaut d’être exhaustive, je vous présente quelques temps forts, tendances, savoir-faire, une pierre inoubliable et mes coups de cœur.

Par Sandrine Merle.

 

 

Qui a fait le buzz cette saison ?

Encore une fois, Claire Choisne chez Boucheron. Formes, matières, dimensions : elle fait voler en éclats les contraintes inhérentes à la haute joaillerie. Puisant son inspiration dans des courants Memphis et Pop Art, elle joue avec les perspectives. Les bijoux en 2D aux couleurs franches semblent avoir été aplatis ou dessinés sur du papier avant d’être découpés. Parmi les pièces emblématiques, il y a ce gigantesque nœud de cheveux réalisé en bio acétate (à base de fibre de coton et de pâte de bois) et en magnésium. Claire Choisne imagine aussi des bijoux de vêtement : une poche en onyx et diamants qui s’aimante sur la robe et de longs pendants d’oreilles (en citrine, onyx, cacholong, émail) se transformant en cordons de hoodie.

 

Y a-t-il de nouveaux venus en haute joaillerie ?
La maison italienne Fendi a présenté sa première collection de haute joaillerie dessinée par Delfina Delettrez Fendi (représentante de la 4e génération) à l’occasion de son défilé haute couture. Les bijoux graphiques reprenaient le logo FF stylisé. Ils étaient en osmose totale avec les vêtements grâce aux correspondances de couleurs. Les nuances roses et jaunes poudrés des diamants, des saphirs répondaient à celles des satins, des soies et des cristaux. À noter également les micro minaudières (évoquant des écrins) avec des bagues en cuir matelassé comme anses.

 

Un nom à retenir ? 

Celui d’Ana Khouri. La créatrice brésilienne n’est pas une nouvelle venue en haute joaillerie. Dans cette collection parfaitement cohérente (présentée chez Christie’s), les lignes organiques sont très nettes, les volumes et les détails infiniment chics : en témoignent ses anneaux bombés sertis de diamants même à l’arrière. Certains bijoux sont incrustés de cristal de roche comme ses torques également formés par une alternance d’or et de maillons en diamants. Détail très Ana Khouri : les pierres semblent posées sur la monture, en équilibre. Une esthétique, très personnelle, sublime.

 

Quelle est LA source d’inspiration omniprésente ?

Dans cette Jewelry Week de Juillet 2023. La nature est partout  avec ses cascades, ses montagnes, le ressac de l’océan et plus particulièrement la flore. À noter parmi les fleurs, la présence inhabituelle du chrysanthème qui, en Asie, n’est pas associé à la fête des morts. Cette nature généralement stylisée est dépourvue de faune à l’exception de quelques papillons.

 

Le figuratif n’a plus la côte ?

En effet, tout est très stylisé. Les animaux, paysages et personnages peuplant ces collections se comptent sur les doigts d’une main ou presque. Même chez Van Cleef & Arpels, très attaché au figuratif, le thème du Grand Tour convoque à peine un ou deux bâtiments et silhouettes féminines.

 

L’art déco toujours d’actualité ?

L’influence de l’art déco perdure avec des agencements de multiples tailles de diamants qui caractérisaient, dans les années 20, ces larges bracelets portés par les garçonnes. Les taille baguette, taille brillant, taille coussin, taille poire, taille triangle s’imbriquent les unes avec les autres. Parfaitement calibrées, elles se subliment mutuellement dans des ensembles étincelants de mille feux.

 

L’or jaune encore en majesté ?

L’or jaune reste le métal précieux de prédilection des joailliers qui le mélangent à un métal blanc, généralement de l’or ou plus rarement du platine. Ce choix est avant tout esthétique car il confère aux bijoux un aspect ancien : rappelons que jusque vers 1900, les bijoux étaient réalisés en argent doublé d’or jaune.

 

Quel est le bijou vedette de cette Jewelry Week 2023 ?

Adeptes du quiet luxury lassés des ear cuffs, sautoirs et autre bagues trois doigts, adoptez le ras-de-cou. Ce bijou simplissime et infiniment élégant est aussi « l’un des plus vendus », précise la maison Harry Winston qui excelle dans ce registre. De la version ultra pure en diamants baguette orné d’une poire à celle, magnifique, composée d’une couronne de fleurs chez Van Cleef & Arpels, il en existe une diversité folle.

 

Y a-t-il une pierre star ?

Les vedettes sont le rubis du Mozambique et le spinelle de Tanzanie. « Ça n’est pas un hasard, cela correspond à la découverte relativement récente de gisements majeurs, explique un négociant. Ainsi ces 10 dernières années, la ruée vers le spinelle a fait flamber son prix… qui s’est trouvé multiplié par dix. » Les plus beaux viennent de Tanzanie, ils se caractérisent par un rose très flashy tirant vers le rouge. « On n’en trouve que quelques poignées de qualité gemme (c’est-à-dire dignes de la haute joaillerie par an », continue ce négociant. L’un d’entre eux trône en majesté sur la bague Tweed de Chanel.

 

Quel a été le show-stopper de la semaine ?

La pierre la plus extraordinaire est un diamant coussin Fancy Vivid Orange. Présenté non monté par de Beers, il pèse 2,03 carats et son prix flirte avec les 13 millions d’euros. La maison ne précise pas la provenance du brut (5,10 carats), on imagine qu’il a été extrait en Afrique du Sud ou au Canada.

 

Image en bannière : Boucheron, collection « More is More » – Juillet 2023

 

D’autres Jewelry Week parisiennes :

Ce qu’il faut retenir des Fashion et Jewelry Weeks – Paris, janvier 2023

Ce qu’il faut retenir de la Jewelry Week – Paris, Juillet 2022

Les pièces marquantes de la Jewelry Week – Paris, Janvier 2022

10 bijoux à retenir de Jewelry Week – Paris, Juillet 2019

Articles les plus lus

Les félins de Boivin

La maison René Boivin excelle dans les représentations de fleurs et les animaux. Parmi ces derniers, de magnifiques félins sont entrés dans l’histoire...

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...

Anna Hu, la technicité d’une haute joaillerie Made in France

Les bijoux de la créatrice Anna Hu sont aussi beaux que spectaculaires. Ils sont aussi très techniques… Pour elle, les faire fabriquer à Paris s’est...

René Boivin et Suzanne Belperron, les inséparables

Les gardiens du temple de René Boivin et Suzanne Belperron incarnent aujourd’hui le rapprochement de ces deux maisons qui, l’une sans l’autre, ne...

Défilés Spring/Summer 24, obsession bijou

Le bijou couture fait son grand retour. Passage en revue des spécimens les plus surprenants des défilés Printemps/Été 2024.