Itinéraires joailliers

09 mars 2016

L’École Van Cleef & Arpels, l’école du rêve

À Paris, l’École fondée par Van Cleef & Arpels révèle le monde fascinant de la joaillerie au grand public. Certains cours sont même conçus pour initier les enfants.

Quelle est la différence entre un rubis et un saphir ? Quelles furent les plus grandes collectionneuses de bijoux ? Comment fabrique-t-on les joyaux exposés dans les vitrines ? « La maison incarne un leadership, elle a donc le devoir de transmettre l’histoire du bijou et de révéler les métiers formidables qui y sont liés », explique Marie Vallanet-Delhom à l’initiative de ce projet et présidente de l’école ouverte en 2012. « Et pourquoi pas, susciter des vocations. » Installée place Vendôme dès 1906, la maison Van Cleef & Arpels a toute la légitimité pour le faire. D’une renommée internationale, elle est synonyme d’excellence française et elle a marqué l’histoire de la joaillerie avec son style unique et des innovations majeures comme le Serti Mystérieux. Autre caractéristique de la maison : elle accorde une place essentielle à la culture au sens large avec des collections de haute joaillerie inspirées par les grands bals de légende, la chance, le cinéma ou encore la littérature.

Les cours sont conçus par un comité de gemmologues comme Dominique Dufermont, d’artisans, d’historiens comme Inezita Gay ou Gislain Aucremanne. Ils nous révèlent l’histoire de courants stylistiques comme l’Art nouveau, les savoir-faire comme celui de la gravure ou du sertissage, les personnalités des grandes collectionneuses, etc. La théorie alterne avec la pratique : on expérimente alors la technique de la laque japonaise auprès d’un des plus grands artisans japonais, on manie la scie et le burin auprès d’un joaillier pour réaliser son clip papillon… L’École propose également des conférences d’experts qui, le soir, viennent poursuivre ce voyage initiatique dans le monde de la joaillerie. Ici, il n’est pas question de cursus préétabli : chacun peut composer son programme à la carte, selon ses envies et le temps dont il dispose. Pour ceux qui n’auraient pas l’occasion de venir à Paris, l’École se déplace dans le monde entier, plusieurs fois par an. Un concept unique.

Articles les plus lus

Le Crédit Municipal, un acteur discret mais étonnamment puissant

En 2020, les ventes de bijoux et de montres anciens ou pre-owned du Crédit Municipal ont généré plus de 10,6 millions d’euros.

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre...

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III.