Itinéraires joailliers

06 mai 2021

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre…

La colonne Vendôme, monument à la gloire de Napoléon, a été démolie pendant le soulèvement de la Commune de Paris. Il y a pile 150 ans…

Par Sandrine Merle.

 

 

16 mai 1871. Grâce aux précieux clichés de Bruno Braquehais, l’un des premiers photo-journalistes, on imagine l’ambiance… Dès 14h, les ouvriers et Jules Iribe, l’ingénieur en charge de la démolition, s’activent. Vingt mille personnes, sur la place mais aussi aux fenêtres de la rue de la Paix ou de la rue de Castiglione, scandent chants et hymnes. Ils sont venus voir la démolition de la colonne Vendôme qui, vers 17h15, s’écrase sur le sol tapissé de fumier. Sous les hourras de cette foule, la statue de Napoléon en César tenant la main de justice et le sceptre git sur le dos, la tête sectionnée du côté de la rue de la Paix. Le drapeau rouge est érigé sur le socle de la colonne. Des badauds se précipitent pour ramasser des trophées…

 

Des joailliers sur la place ?

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme, tous sont encore au Palais-Royal. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III, c’est lui qui a dessiné la couronne de l’impératrice Eugénie ainsi que son diadème en perles. Il est installé au numéro 25, à l’angle de la rue Capucine où se trouvent aujourd’hui Bulgari et l’Hôtel Mansart. Mais quand la colonne s’écroule, il a déjà fui avec sa famille effrayé par les violents heurts qui se sont produit sous ses fenêtres. Il ne reviendra jamais car son affaire ne survécut pas à la chute de l’empereur. Et c’est seulement 20 ans plus tard que Boucheron s’installe place Vendôme.

 

Pourquoi cette démolition ?

Cet acte est considéré comme le plus théâtral, le plus spectaculaire de la Commune de Paris, mouvement insurrectionnel éclair qui s’oppose au gouvernement de la IIIe République proclamée en pleine guerre franco-prussienne. Car ce « totem » est, pour les Communards, le symbole absolu de l’impérialisme et du pouvoir. Napoléon 1er l’a en effet construite avec le bronze des canons pris aux armées autrichiennes et russes lors de la bataille d’Austerlitz. Bronze qui après l’effondrement sera transporté à l’Hôtel de la Monnaie pour y être fondu.

 

Le coupable, Courbet ?

Le peintre Gustave Courbet est associé à la Commune à laquelle il prit une part active : c’est ce qui lui vaut d’être accusé par la République de la démolition de cette colonne Vendôme. Mais son rôle est controversé : l’artiste proche des milieux proudhoniens, socialistes et anarchistes ne semble pas y avoir participé mais, il avait lancé quelques temps auparavant, une pétition réclamant au gouvernement de la Défense nationale de « mettre à bas » ce symbole impérial. Condamné à payer sa reconstruction, Courbet s’exile en Suisse où il meurt juste avant d’avoir payé la première traite.

 

Six jours après cette chute, l’Assemblée de Versailles décida de reconstruire la colonne. À peine deux ans plus tard en 1873, le maréchal de Mac-Mahon la fit reconstruire à l’identique. C’est celle qui trône encore aujourd’hui sur cette célèbre place, devenue l’épicentre de la joaillerie française.

 

Photo en bannière : Barricade place Vendôme, après la destruction de la colonne Vendôme lors de la Commune de Paris le 16 mai 1871, 1er arrondissement, Paris © Musée Carnavalet, photo François Gobinet de Villechole, dit Franck

 

Articles relatifs à ce sujet :

Autour de la place Vendôme, un quartier en or

La Place Vendôme, épicentre de la haute joaillerie française

 

 

Articles les plus lus

Le Crédit Municipal, un acteur discret mais étonnamment puissant

En 2020, les ventes de bijoux et de montres anciens ou pre-owned du Crédit Municipal ont généré plus de 10,6 millions d’euros.

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Marc Deloche à L'École des Arts Joailliers

« Ce qui m’a sans doute le plus interpellé dans ce tour du monde : la mise en lumière de la préciosité selon les cultures. Chacun décide de ce qui...