Style

11 décembre 2017

Esther de Beaucé et sa galerie miniMASTERPIECE

En 2012, elle ouvre cette galerie entièrement dédiée à l’édition de bijoux d’artistes contemporains. Quelques pièces exceptionnelles figurent dans la prochaine exposition du musée des Arts décoratifs.

Esther de Beaucé ne considère pas le bijou d’architectes, de sculpteurs, de designers ou de peintres comme un simple bijou. Pour elle, « il s’agit de sculptures réalisées à petite échelle et dont on peut identifier l’auteur au premier coup d’œil ». La broche de Pablo Reinoso, formée de lamelles ondulantes en or, évoque ses bancs « Spaghetti » tandis que celle de Faust Cardinali réinterprète ses mélanges de résine, d’aluminium, de bois, etc. La bague de Bernar Venet est un fil d’argent enroulé rappelant ses monumentales « Lignes indéterminées ». Quant au collier de Claude Lévêque, un fil d’or formant le mot « venin », il fait écho à ses phrases écrites au néon.

 

Le travail d’éditrice

Depuis l’ouverture de sa galerie miniMASTERPIECE, en 2012, Esther de Beaucé a édité les bijoux d’une vingtaine d’artistes, le plus souvent des sculpteurs reconnus, et d’une douzaine de designers. Autrement dit, elle finance la production en série limitée (de 12, le plus souvent) en ayant préalablement évalué leur portabilité. « Ce qui ne serait pas le cas d’un plastron en or massif trop cher à produire et donc difficile à vendre. » Elle veille aussi à éviter l’écueil majeur : un objet dérivé obtenu par une banale miniaturisation. Il lui faut ensuite solliciter un orfèvre pour réaliser le bijou car rares sont les artistes à travailler le métal précieux. Une fois terminé, son travail d’éditrice consiste à le diffuser via sa galerie et à en faire la promotion. Il s’agit aussi de les faire entrer dans une prestigieuse collection privée ou dans celle d’un musée. Consécration ultime.

 

Des bijoux emblématiques

Esther de Beaucé cite la broche « D’Après Réflexion » de François Morellet, artiste minimaliste travaillant sur l’abstraction géométrique. Il a imaginé cette broche-pendentif en argent comme la troisième phase d’une œuvre : elle est la suite de « Réflexion », un néon auquel a succédé « Après Réflexion », l’installation d’un néon se reflétant dans l’eau présentée lors de sa rétrospective à Beaubourg, en 2013. L’autre bijou emblématique est la bague de Jean-Luc Moulène, réalisée d’après la radio d’une de ses phalanges, grâce à la 3D. « Une réussite totale alors que son approche intellectuelle et rigoureuse est a priori très éloignée de la futilité, trop souvent associée au bijou », précise-t-elle.

 

La fille de Diane Venet

« Le bijou a été un excellent moyen de continuer à travailler avec des artistes dont j’ai d’abord édité des sculptures, des peintures et des photographies », explique-t-elle. Elle avait pourtant cherché à éviter une filiation trop évidente en faisant des études d’anthropologie… En effet, sa mère est Diane Venet, l’épouse du sculpteur Bernar Venet qui, en trente ans, a constitué l’une des plus grandes collections au monde. Le peintre américain Frank Stella, un ami personnel, est à l’origine de l’une de ses bagues en or, le seul bijou qu’il ait jamais conçu. Esther de Beaucé a baigné dans cet univers. Avec un sourire, elle se souvient qu’enfant, « il n’était pas toujours facile de voir sa mère porter des bijoux si bizarres… ».

 

miniMASTERPIECE au musée des Arts décoratifs

Les bijoux édités par Esther de Beaucé et présentés à la galerie miniMASTERPIECE participent aux plus grandes expositions. Dans « Medusa » au musée d’Art moderne, les boucles d’oreilles de Jacqueline de Jong côtoyaient, dans la même vitrine, des pièces de Picasso et de Giacometti. Dans « La collection idéale de Diane Venet » au musée des Arts décoratifs, à partir du 7 mars, une dizaine de pièces seront présentées dont le collier « Venin » de Claude Lévêque, la bague « Carpe Diem » de Barthélémy Toguo, la bague « Twice » et la broche « D’Après Réflexion » de François Morellet. Elles auront l’honneur de figurer aux côtés du célébrissime pendentif « Le Grand Faune » de Pablo Picasso ou de la broche « Cuillère » de Salvador Dalí. Une occasion de s’initier au bijou d’artiste avant de filer à la galerie miniMASTERPIECE.

Articles les plus lus

Les incroyables et merveilleux bijoux d'EGONlab

Le leitmotiv de ce label est d’abolir les frontières entre le masculin et le féminin comme l’illustrent entre autres, la jupe sur le pantalon et le...

Bijoux de doigts, quand les bagues mutent...

Notre corps peut être de plus en plus facilement modifié. Avec ces ornements de doigts, les designers de bijoux malmènent les frontières entre le...

Marion Delarue, réflexion sur kushi, kogai et kanzashi

Une grande partie du travail de Marion Delarue tourne autour des ornements de cheveux dont les kushis (peignes), les kanzashis (épingles) et les kogais...

Cartier Haute Joaillerie, "Sixième Sens"…

Ces pièces de haute joaillerie Cartier ont pour but de provoquer des perceptions extra-sensorielles. Une préoccupation ancienne et récurrente, c’est...

Nardi, maure à Venise

À Venise, j’ai rencontré Alberto Nardi, représentant de la troisième génération de ce joaillier vénitien réputé pour ses têtes de maure. Un...

L’humour a-t-il déserté la joaillerie ?

L’exposition, « Parenthèse humoristique, quand le bijou a de l’esprit » de Van Cleef & Arpels tombe à pic. Elle met en lumière un sujet...