Style

12 janvier 2017

Puyuan Yang, créatrice chinoise

Ne pensez pas sortir avec les bijoux de Puyuan Yang, ils s’apparentent à des œuvres d’art.

 

Le rendez-vous avec cette jeune hongkongaise d’à peine 25 ans, diplômée de la Saint Martins School, a lieu dans l’atelier d’une de ses amies, tout à l’ouest de Hong Kong. Pour accéder au 15e étage d’une barre d’immeubles abritant un dédale d’entrepôts, il faut affronter un ballet assourdissant de chariots métalliques, de monte-charges, etc. Dans les halls, les à-plats de couleur et d’idéogrammes chinois éclairés au néon feraient le bonheur de Martin Parr.

 

L’idée

Les créations en laiton de Puyuan Yang ne sont pas des bijoux, elles s’apparentent à des pièces d’art conceptuel que l’on s’attendrait à trouver dans les galeries les plus hype. Ces structures métalliques contraignent le corps et l’obligent à prendre des postures de figures mythiques comme le Discobole, les Trois Grâces de Botticelli, le David de Michel-Ange ou le Dieu créateur de la chapelle Sixtine. On aboutit à une gestuelle classique et à des contorsions baroques.

 

La réalisation

Pour les reproduire, elle a mis au point un système de tiges en arc de cercle à glisser sous les vêtements et auxquelles sont fixés des crochets, les mêmes qui maintiennent les œuvres d’art dans les musées. La tête se tourne sur le côté dans un mouvement se déployant sur le côté, le bras est tendu et l’index projeté vers un autre bras prenant une pose comparable. En les regardant, on peut deviner à quelles œuvres elles font référence.

 

Une néo-rupture

« Mes bijoux ne sont pas des ornements. Ils sont faits pour transformer le corps en objet de musée ou de galerie d’art contemporain », explique Puyuan Yang. Nés d’un désir d’expérimentation, d’une curiosité et même d’un jeu, ils ont vocation à interroger la notion de beauté idéale et la fonction du bijou. Importables, ils sont les héritiers des pièces d’artistes des années 1960 comme Gijs Bakker. Ils traduisent aussi l’overdose de pièces trop vues comme les ear cuffs, bagues de phalange, doubles-bagues ou encore bracelets de main sertis de diamants et dupliqués à l’infini par des centaines de marques.

Articles les plus lus

Avec Tomohiro Sadakiyo chez Hum, à Tokyo

Le côté japonais de Hum, c’est le travail sur la couleur des métaux et sur les textures.

René Boivin, le mystère du bracelet "Torque"

Thomas Torroni-Levene le gardien du temple de la maison René Boivin, a voulu retracer l’histoire de ce bracelet.

Rencontre exclusive avec Shinji Nakaba, dans son atelier au Japon

En 2023, le Loewe foundation Craft prize a braqué les projecteurs sur Shinji Nakaba. Mais son travail est reconnu dans le milieu du bijou...

Les félins de Boivin

La maison René Boivin excelle dans les représentations de fleurs et les animaux. Parmi ces derniers, de magnifiques félins sont entrés dans l’histoire...

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...