Mon agenda

26 novembre 2022

Les évènements bijoux à ne pas manquer en 2023

« Sur la route de Samarkande – Merveilles de soie et d’or »

Voici réunis 300 peintures, tapis, suzanis, ikats, calottes… du XIXe au début du XXe siècle, typiques de l’artisanat ouzbèque. Il y a quelques bijoux mais le plus époustouflant est l’usage de l’or dans les textiles, les costumes de cette époque étant d’une incroyable magnificence. L’une des pièces les plus spectaculaires est le chapan, le manteau de couronnement du dernier émir (vers 1865-70), en velours entièrement rebrodé d’or tout comme la paire de botte d’homme. Cet art de la broderie est alors à son apogée grâce à des artisans qui travaillent dans l’atelier privé de l’émir. On peut également découvrir de magnifiques selles en bois peint d’or et d’étonnants harnachements de chevaux en argent sertis de turquoises. C’est la première fois que ces pièces sont visibles en dehors de l’Ouzbékistan.

Jusqu’au 4 juin 2023, Institut du Monde Arabe – Paris

 

« Nubie : joyaux de l’ancien Soudan »

Cette vaste collection d’objets nubiens appartenant au Museum of Fine Arts de Boston est la plus importante des États-Unis. Elle permet de se familiariser avec l’histoire remarquable et méconnue de la Nubie, région située à la place des actuels sud de l’Égypte et nord du Soudan. Pendant près de 3 000 ans, la Nubie a abrité une forte tradition culturelle, religieuse et artistique. Riche en ressources telles que l’or et l’ivoire, elle a commercé jusqu’en Grèce, à Rome et en Afrique centrale. Les bijoux de haute qualité, l’or travaillé et assemblé avec du cristal de roche, les perles colorées de turquoises, de cornaline et de faïence ou encore le travail de l’émail illustrent la richesse de cette société nubienne.
Jusqu’au 3 avril 2023, Villa Getty – Los Angeles

 

« Ors et trésors, 3 000 ans d’ornements chinois »

Seconde escale pour cette exposition de L’École des Arts Joailliers, après Hong Kong au printemps dernier. Elle illustre plus de trois mille ans de travail d’orfèvrerie en Chine, de l’Himalaya à l’Asie Centrale en passant par la Mongolie. La sélection comprend des bracelets figurant des fleurs et des oiseaux, de ravissantes boucles d’oreilles en forme de lanterne ou encore des épingles à cheveux à décor de dragon. Cette sélection permet à L’École des Arts Joailliers d’aborder les propriétés de l’or, les savoir-faire associés : martelage, ciselure, granulation, filigrane, dorure, etc. Sans oublier les symboles : bonheur, longévité ou encore prospérité. Jamais ce thème n’avait été aussi précisément traité ; il est enrichi comme toujours avec L’École des Arts Joailliers avec un catalogue, des cours et des conférences.

Du 1er décembre 2022 au 14 avril 2023 à L’École des Arts Joailliers – Paris

 

« Ramsès et l’or des Pharaons »

Pour les expositions, il y a des sujets très bankable… dont fait partie l’Égypte ! Après Toutankhamon en 2019, voici Ramsès II (1580-1085 avant J. -C), célèbre bâtisseur de l’Égypte pharaonique. On y découvre 181 œuvres incroyablement préservées. Celles qui nous intéressent particulièrement sont les bijoux finement ouvragés qui n’ont pas été découverts dans sa sépulture mais appartiennent au trésor de Tanis, ville située à quelques kilomètres de sa capitale. La pièce la plus spectaculaire : un collier de 30 cm de diamètre pesant plus de 8 kg. Formé de sept rangs de rondelles en or et de chaînettes terminées par des clochettes, il présente une plaque d’or légèrement trapézoïdale. Sur cette dernière on distingue, finement ciselées, les cartouches du pharaon, le dieu Amon et la déesse Mout enrichies d’incrustations multicolores de cornaline, de lapis-lazuli et de feldspath. Tous ces bijoux témoignent de la fabuleuse richesse des pharaons, de leur extravagance mais aussi de la virtuosité des artistes égyptiens.

Du 7 avril au 6 septembre 2023, Grande Halle de la Villette – Paris

 

« Mucha au-delà de l’Art nouveau »

Le Grand Palais Immersif exclusivement dédié aux arts numériques consacre une exposition immersive à Alfons Mucha, artiste emblématique de l’Art Nouveau. C’est donc une plongée dans ses dessins jaillissants d’écrans géants… Nous voilà pris dans les longs cheveux des figures féminines qui s’entremêlent aux colliers de fleurs, aux diadèmes en pierres précieuses et perles, aux larges colliers recouvrant la poitrine. Seront également projetées ses nombreuses études préparatoires de la boutique parisienne conçue par Mucha pour le joaillier Fouquet (aujourd’hui exposée au musée Carnavalet). Une occasion d’apprécier au plus près l’imagination inouïe de Mucha en matière de joaillerie.

Du 22 mars au 20 août 2023, Grand Palais Éphémère – Paris

 

Articles les plus lus

Bijoux : ma liste d'envies

Voici des bijoux que je trouve beaux, drôles et/ou intéressants, nouveaux ou pas forcément. Faites votre choix !

Aller à Re-Luxury, salon dédié au second hand, imaginé par Fabienne Lupo

« Pour moi le second hand, c’est le digital d’il y a 20 ans ! », estime Fabienne Lupo fondatrice du nouveau salon Re-Luxury.

Monnaie et bijou à la Citéco

L’artiste Sabine Pigalle représente Marie-Antoinette le bas du visage dissimulé par des rangs de perles évoquant la célèbre affaire du collier.

Les bijoux dans la vente de l'Hôtel Lambert chez Sotheby's

À Paris, Sheikh Hamad Bin Al Thani ne conservait pas sa collection de bijoux dans les coffres de l’hôtel Lambert, sa résidence située à la pointe de...

L'exposition "Gold, les ors d'Yves Saint Laurent"

« J’aime l’or, c’est une couleur magique » ; « pour le reflet d’une femme, c’est la couleur du soleil », répétait Yves Saint Laurent

5 joyaux naturalistes de la collection Albion Art dans l’exposition « Végétal »

Le Japonais Kazumi Arikawa a prêté 5 bijoux naturalistes exceptionnels pour l’exposition  » Végétal – L’art de la beauté » de Chaumet.